Identifier la souffrance est le premier pas vers le chemin de la guérison

Veuillez trouver ci-dessus la version audio ou “podcast de l’article. Appuyez sur “Play” ou “Télécharger”. Musique de fond du podcast proposée par La Musique Libre Ikson ‘Lien en bas de la page”.

index :

1/ La souffrance qu’est-ce-que c’est?

2/ Comment s’installe-telle ?

3/ Lorsque je suis conscient de ma souffrance, alors je suis sur le bon chemin.

1/ La souffrance qu’est-ce-que c’est ?

La souffrance c’est avant tout le résultat d’un état d’être. Elle peut apparaître suite à l’apparition d’un souci de santé, tout comme un souci de santé peut aussi naître de la souffrance. Elle est présente lors d’un événement inconnu qui nous bouscule, c’est souvent elle qui nous déstabilise le plus.

Elle apparaît dans de nombreuses expériences de vies et nous submerge. Elle peut survenir suite à un événement familial, un événement professionnel, un événement personnel etc…

Lorsque nous nous construisons des scénarios catastrophe, lorsque nous interprétons à notre façon, lorsque nous nous questionnons incessamment, lorsque nous culpabilisons… nous vivons l’expérience de la souffrance.

2/ Comment s’installe-telle ?

Elle naît de l’interprétation ou de la manipulation qui nous parvient face à un événement qui se déroule en nous, ou face à nous.

Elle n’a absolument rien de concret dans notre vie jusqu’au moment où on y croit dure comme fer.

Le fait de croire pleinement en quelque chose met le corps dans un état de réaction. C’est ce qui entraîne par la suite des phénomènes physiques de santé. Ou parfois, ce qui les alimente.

Pour petit exemple, en 2014 une équipe de l’université de l’Ohio a fait une expérience. Plâtrer le bras de 29 personnes séparées en deux groupes. L’un avait pour consigne d’imaginer contracter ses muscles pendant 5 secondes, quatre fois de suite, suivi d’une minute de repos, le tout répété 13 fois par séance, 5 jours sur sept pendant un mois. Le second groupe n’avait pas de consigne.

A la fin du mois, le premier groupe avait perdu 24% de sa force dans l’avant bras, contrairement au deuxième qui avait perdu 45% de leur force.

C’est le fait de croire en un scénario fictif, produit de notre mental, qui nous pousse à réellement installer un mal-être en nous.

Et c’est le fait de ne pas savoir, ou ne pas comprendre ce qui nous arrive qui nous pousse vers des scénarios catastrophe. Lorsque nous sommes plongé dans l’inconnu, la réaction naturel de tout être humain est de trouver une raison. Dans la plupart des cas, nous nous accrochons à tout ce que nous pouvons entendre ou lire autour de nous.

Une petite visite sur les nombreux sites internet qui grouillent de commentaires vous expliquant qu’un rhume peut vous tuer, et le tour est joué. Vous venez de faire de la souffrance, une de vos expériences de vie.

3/ Lorsque je suis conscient de ma souffrance, alors je suis sur le bon chemin.

Rassurez-vous, nous passons tous par là. L’important est d’en prendre conscience. Et ceci pour deux raisons :

  • Comme le dit Ekhart Tolle*1, « il faut savoir observer le penseur en nous ». Prendre du recul car ce que nous sommes en train de penser en ce moment n’a rien de réel.

  • De plus, si le fait de croire en quelque-chose de désagréable peut créer des réactions de mal être en moi. Alors croire en quelque chose d’agréable peut tout aussi bien créer des réactions de bien-être en moi.

De ce fait, quand nous sommes capable d’identifier notre souffrance, nous sommes capable de nous en détacher. Voir même de la transformer pour en faire un allié, un moteur qui va nous aider à traverser cette expérience.

*: « Le pouvoir du moment présent » par Ekhart Tolle

———————————————————————

Musique de fond du podcast proposée par La Musique Libre Ikson

– Moments : https://youtu.be/tlpRq7_KUzM

– Ikson : https://soundcloud.com/ikson

———————————————————————

Spread the love

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.